Catacombes Trip

Catacombes Trip

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-1Vendredi soir, accompagnés d’une joyeuse troupe , nous pénétrons dans les catacombes de Paris. L’entrée se situe à un carrefour très fréquenté entre Montparnasse et Saint-Germain des Près. Les automobilistes arrêtés au feu rouge, s’amusent comme au spectacle, en nous regardant soulever une plaque de fonte. Les gestes sont rapides afin d’éviter une rencontre avec la police.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-9Nous descendons une échelle de 10 mètres et nous voici dans le premier couloir. Nous suivons en file indienne notre guide de la soirée un jeune cataphile dont le surnom dans les profondeurs est « Cousteau ». Surnom qu’il doit à son bonnet rouge. « Cousteau » allume son enceinte Wi-fi et c’est en musique que nous déambulons.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-7Cela fait 25 ans que je n’ai pas remis les pieds dans les catacombes. Je peux constater quelques innovations. Les plans, autrefois vaguement photocopiés (qui étaient source de bien des égarements) sont aujourd’hui présents sur les i-phones. En revanche on croise toujours la même population. Des jeunes qui cherchent dans ce lieu de silence et d’obscurité, leurs parts d’aventure et de liberté.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-15Ce que l’on appelle les « Catas » sont en réalité les carrières de pierre qui ont servi à la construction de Paris, sous le baron Haussmann. D’où ces longs couloirs qui mènent à de vastes salles d’extraction. Salles qui sont utilisées aujourd’hui par les cataphiles pour faire des fêtes ou tout simplement pour boire un coup. Durant l’occupation, les allemands construiront un bunker dans les catacombes. A la libération de Paris, le commandant Rol Tanguy installera son PC. Depuis les années 60, le réseau est devenu le terrain d’exploration des cataphiles.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-10Nous continuons notre déambulation et nous arrivons à une source. La tradition veut que chaque nouvel arrivant s’immerge la tête.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-6

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-5Nous faisons une nouvelle halte à l’ossuaire. A la veille de la révolution française, 6 millions de Parisiens furent ensevelis dans les catacombes. Une mesure qui permit de soulager les cimetières de surface.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-3Crânes et tibias ont servi ici à confectionner ce trône macabre.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-13Fin de soirée très humide. Les couloirs se remplissent d’eau et l’on se casse le dos à vouloir éviter des plafonds de plus en plus bas.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-11Au croisement de couloirs, on tombe sur de petites œuvres d’art. Pas de Tour Eiffel en allumettes, mais une fresque « Inca » et la reconstitution miniature d’une ville portuaire, taillée dans la pierre.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-8
Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-18Décidément on rencontre de tout dans les catacombes. Un Velib de Madame Hidalgo immaculé de boue.

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-4

Catacombes©Benjamin_de_Diesbach-17Vers 3 heure du matin, nous sortons en soulevant une autre plaque. Nous voilà derrière Montparnasse. Couverts de boue et les bottes pleines d’eau, nous nous saluons rapidement. Ce fut une belle soirée d’aventure.